Meuble scie à onglet

Pour ce billet du blog, j’ai choisi de vous présenter l’aménagement que j’ai fait dans mon atelier afin de pouvoir tirer le meilleur parti possible de ma scie à onglet. J’avais jusqu’à récemment une scie à onglet coulissante avec une lame de 10″. Je l’aimais bien, mais elle avait un défaut majeur, et qui est d’ailleurs commun à toutes les scies coulissantes, soit l’espace requis lors de son utilisation justement dû à la présence des coulisses. J’avais déjà l’idée derrière la tête de la remplacer pour la scie articulée de Bosch introduite sur le marché il y a environ 3 ans, mais j’attendais l’occasion parfaite. Elle s’est présentée à moi quand un collègue de travail désirait acquérir une scie à onglet coulissante pour des travaux à venir chez lui. Il désirait une scie de qualité sans pour autant payer le gros prix. Je lui ai donc offert la mienne à un bon prix et il a accepté. Je savais également à ce moment que je pouvais avoir une offre assez incroyable sur la Bosch. Les planètes étaient parfaitement alignées, donc pas question de passer à côté. J’ai donc dit au revoir à ma scie coulissante et bienvenue à la Bosch articulée de 12″. J’aurais préféré la version 10″, mais celle-ci a fait son apparition sur le marché 6 mois plus tard pratiquement au même prix que la 12″. J’ai donc bien fait de sauter sur la 12″.

Pourquoi ce modèle plutôt qu’un autre me demanderez-vous? Et bien, c’est que ce modèle, grâce à son système de bras articulé au lieu des coulisses traditionnelles, n’a besoin d’aucun dégagement à l’arrière. On peut donc placer la scie pratiquement contre le mur. C’était le gros point vendeur pour moi. J’aurais aussi pu opter pour le modèle Kapex de Festool, mais là je voyais déjà ma carte de crédit s’agiter à la simple vue du prix, soit près du double de celui de la Bosch. Comme on dit, passons notre chemin! Mon atelier est petit, l’espace y est compté et je me privais d’utiliser mon autre scie à onglet régulièrement, car je devais dégager l’espace pour l’installer et pouvoir l’utiliser, accomplir la tâche au programme, faire le ménage et la ranger avant de passer à un autre appel. C’était donc dire que j’avais un outil peu utilisé, alors qu’il aurait dû m’être d’une grande utilité. Il était temps de remédier à cela.

Avec la nouvelle Bosch en main, j’avais en tête de lui construire une station dédiée. J’ai donc pris quelques semaines pour étudier les possibilités et mettre au point un design qui pourrait s’intégrer à mon atelier et remplir certains critères :

  • Recevoir la scie. Celui-là, c’était l’évidence même…
  • Avoir une table d’au moins 8′ de longueur à gauche de la scie
  • Avoir un système de rail avec butée et ruban à mesurer de chaque côté de la scie
  • Me permettre de ranger certains outils en tout ou en partie sous les tables
  • Accepter mon chariot à bois quelque part dans le design, que ce soit tel quel ou une version modifiée.
  • Si possible, intégrer ma mortaiseuse dans la table longue afin de libérer de l’espace dans l’atelier

Comme vous voyez, le défi s’annonçait des plus relevés. À force de jongler avec toutes ces contraintes, j’en suis venu à la conclusion que c’était possible. Je devrais tout d’abord modifier mon chariot à bois afin qu’il soit moins haut pour pouvoir se glisser sous une section de la table de gauche. Ma mortaiseuse quitterait sa base pour se loger dans la table. Le guide avec le système de mesure et de butée serait amovible et installé devant la mortaiseuse, de sorte que je puisse le retirer rapidement pour utiliser celle-ci. Ma petite raboteuse logée dans son meuble pourrait prendre place sous une des tables, ma dégauchisseuse et mon aspirateur d’atelier en ferait tout autant. Je suis donc parti de ce que vous pouv     ez voir sur les deux photos suivantes sur lesquelles on voit le mur où sera installée la station (celui sous les armoires) :

DSC03498

DSC03499

De là, je suis arrivé au résultat suivant illustré par les 4 prochaines photos :

DSC03591 DSC03590 DSC03589 DSC03588

Sur la première, on voit la table à l’extrême gauche du mur sous laquelle loge mon chariot. Cette section de 5′ est amovible afin d’accéder aux matériaux en feuille comme le contreplaqué. Elle n’est fixée en place qu’avec 4 verrous à glissière comme ceux visibles devant la scie sur les photos 3 et 4. On voit aussi sur la première photo le guide avec la butée et le ruban à mesurer. Le guide est fixé en place avec des tiges munies de poignées étoilées qui vissent dans des insertions filetées installées au ras de la surface de la table. C’est donc facile à enlever et mettre en place. Sur la seconde, on voit la même section de table ainsi que celle qui accueille ma mortaiseuse Powermatic. La section de la mortaiseuse est fixe. La boîte de bois sous la mortaiseuse, c’est la cachette de ma raboteuse… La troisième montre la tablette sur laquelle repose la scie de même que la table de droite sous laquelle loge maintenant en partie ma dégauchisseuse. Cette section de table est aussi amovible selon le même principe que celle à l’extrême gauche et possède aussi un guide avec rail, butée et ruban à mesurer. Le rail a été installé après que la photo ait été prise, car il me manquait cette section de rail. Vous pouvez aussi voir que mon aspirateur d’atelier loge sous la scie. La tablette de la scie est montée sur des coulisses de tiroir pleine extension afin de me permettre de sortir facilement la scie si besoin comme pour l’amener à l’extérieur de l’atelier. La dernière photo montre la boîte qui recouvre la scie afin de capter la poussière générée lors des coupes. Elle est munie d’une prise sur le côté dans laquelle vient se branche mon aspirateur d’atelier. C’est pour cette raison qu’il loge directement sous la scie. Il est branché, tout comme la scie, dans un interrupteur iVac, de sorte qu’il démarre automatiquement en même temps que la scie et s’arrête quelques secondes après celle-ci.

Les tables sont faites de 2 épaisseurs de contreplaqué standard de 5/8″ et sont recouvertes de laminé de plastique (formica) des 2 côtés puis entourées d’une alèse en merisier faite de retailles que j’avais sous la main. C’est robuste, résistant aux impacts, pas trop pesant et les pièces sont faciles à déplacer sur la table. Le tout est fixé sur des supports qui reposent au sol et qui sont aussi vissé dans le mur de béton derrière.

Je pense donc que je peux dire mission accomplie sur ce projet. J’ai réussi à intégrer dans mon design toutes les contraintes de départ et ce, sans le faire au détriment de la fonctionnalité première, soit tirer le maximum de ma scie à onglet. Maintenant, dès que j’ai une petite coupe rapide à faire, c’est évident que c’est vers la scie à onglet que je me tourne. Elle est toujours prête à l’emploi et le système de mesure sur le guide est d’une précision incroyable. D’ailleurs, toutes les pièces de devanture et les moulures de mon gros meuble de salon ont été taillées sur ma station. De plus, les mortaises des portes avant du meuble ont été réalisées avec la mortaiseuse dans son nouvel environnement. Après plusieurs mois d’utilisation, je dois dire que le système fonctionne encore mieux que ce que j’espérais!

Liens :

Scie onglet Bosch GCM12SD

Interrupteur iVac

Mortaiseuse Powermatic PM710

Rail Rockler (Disponible sur commande spéciale)

Butée Rockler pour rail (Disponible sur commande spéciale)

Ruban à mesurer Rockler (Disponible en version de gauche à droite, et de droite à gauche, sur commande spéciale)

 

Article précédent

Table à Toupie pour Espace Restreint

Article suivant

Dehors la poussière

Aucun commentaire

Rédiger une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *